Menu

Allure Atlantique

La santé du dirigeant, une valeur immatérielle

Ne pas dire, ne pas montrer, garder pour soi, faire face. Lorsque la situation devient délicate, le réflexe du dirigeant vis à vis de lui même tend à la négation de son propre stress, et pourtant...

 

Angoisse de l'évolution des marchés et du carnet de commandes, de la trésorerie, de l'augmentation/pénurie des matières premières, de la gestion des ressources humaines, de l'évolution incessante des règlementations avec souvent effet rétro-actif... les zones d'incertitude, et les sujets d'inquiétude sont nombreux,  comment dès lors, ne pas être pris par cette spirale de pression continue qui jour après jour  occasionne des signes pathologiques plus ou moins violents : insomnies,  migraines, aigreurs d'estomac, douleurs musculaires, réactions dermatologiques, allergies... et/ou provoquent des comportements addictifs.

Il ne faut pas confondre la posture du dirigeant qui mène le cap avec conviction dans les passages délicats, qui assume sa position de leader, et la personne qui doit se ménager des moments de récupération. Ne pas montrer son inquiétude pour ne pas la communiquer aux collaborateurs se conçoit et se défend.

Le danger réside dans la volonté de conserver cette posture face à soi même, ne pas s'autoriser à « lâcher la pression ». Cette accumulation de stress explose à plus ou moins long terme en prenant des formes pathologiques différentes des moins impactantes aux plus graves.  Négliger ces "signaux d'alerte" que le corps envoie, revient à ne pas prendre en compte un paramètre important de résolution de problème. 

Lorsqu'un problème de santé grave survient pour le dirigeant de PME, TPE, il impacte également directement sur  la «santé» de son entreprise, voire sa pérénnité. Se préoccuper de sa santé pour un dirigeant n'a donc rien à voir avec un quelconque aveu de faiblesse ou une préoccupation narcissique, c'est un véritable acte de saine gestion de son entreprise et... de soi même. 


Prendre conscience de son fonctionnement en mode automatique constitue la première étape saine de reprise du contrôle de soi. Un accompagnement individuel permet alors de poser les bases d'une recherche d'équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle. Un beau projet bénéfique et pour le dirigeant et pour son entreprise. 

 

 

 

En savoir plus

Olivier Torrès, Professeur à l'Université de Montpellier, président de l'Observatoire Amarok,  le Centre des Jeunes Dirigeants et Malakoff Médéric ont signé en 2011 un partenariat sur 3 ans portant sur une expérimentation inédite sur l'état de santé des dirigeants en France  partant du constat que «On ne perçoit généralement pas une personne qui s'est mis à son compte comme quelqu'un enclin à souffrir. Lui-même n'en parle pas. La souffrance au travail renvoie à un effet de domination qui suppose que seuls les employés peuvent éprouver des tourments, pas ceux qui donnent les ordres ». http://www.observatoire-amarok.net/

Du préventif au curatif, le Tribunal de Commerce de Saintes en Charente Maritime vient de lancer une initiative innovante et digne d'intérêt, en mettant en place une cellule d'écoute pour les dirigeants qui viennent déposer le bilan de leur entreprise, afin de prévenir les tentatives de suicide

http://www.sudouest.fr/2013/11/30/quand-les-petits-patrons-craquent-1244681-1531.php

Retour