Menu

Sujets sensibles et crises certaines

Obsolescence du 20 heures de TF1

Claire Chazal
Ce que l'éviction de Claire Chazal dir en creux de l'évolution des médias

 

L'éviction éclaire de Claire Chazal me suggère deux commentaires.


Le premier sur la brutalité et l'inélégance de cette information donnée en deux temps contradictoires en l'espace de 10 jours :  «départ d'ici plusieurs semaines » et « dernier journal dimanche prochain ». Une succession de fuites organisées qui correspond bien aux méthodes de hussards de cette chaîne et  à l'esprit racoleur de ses programmes.  


Les réactions autour de ce départ ultra médiatisé sont quasiment unanimes sur le registre émotionnel et montrent toute l'effet de cristallisation que peut susciter le/la journaliste qui tient la place d'officiant de  cette grand-messe cathodique du 20 heures*.

Cependant, et quelles que soient les compétences professionnelles de Claire Chazal, comment imaginer aujourd'hui réaliser la même performance métier dans un cadre extrêmement codifié, pendant un quart de siècle, aux mêmes horaires ? Dans quel secteur d'activité peut-on trouver une longévité sur un même poste dans les mêmes conditions ? Quasiment aucun, et dans les médias encore moins que dans tout autre.

On pourrait penser que le départ de Claire Chazal s'inscrivait dans une réflexion de fond et une évolution des rendez vous de l'information sur TF1. Une approche réfléchie qui ne se satisfait nullement d'une éviction éclair, mais prend en compte les nouveaux besoins des info-spectateurs.

De toute évidence, cela ne semble pas le cas, puisqu'on la remplace dans un mimétisme qui laisse pantois : une femme mais plus jeune, au même poste dans le même format.

La baisse d'audience est en apparence l'élément déclencheur  de cette décision. J'ai du mal à imaginer qu'au sein de cette grande entreprise, il ne soit venu à l'idée de personne, que de nouvelles formes de consommation de l'information existaient dorénavant et que la formule elle-même était à bout de souffle, et en l'occurrence, plus  que celle qui la présentait.

Le départ de Claire Chazal est plus symbolique d'une page de l'histoire de l'information audiovisuelle qui se tourne, plutôt qu'un jugement couperet sur sa prestation professionnelle. Quant à la journaliste, je pense qu'après son temps de deuil du 20 heures, elle n'aura aucune peine à retrouver sa liberté d'expression sur les sujets culturels qui la passionnent et c'est tant mieux.

Cf excellent post de @Semio59 sur l'anchorman. http://zeboute-infocom.com/2015/09/13/dernier-journal-claire-chazal-ft1-audience-messe/ 

 

 

 

Retour